Jump to content

Gefechtsspange of the Kyffhäuser Medal


Recommended Posts

Hello People,

Are there Gefechtsspange for how many IWW medals?

I have some, but they have some differences.

spanges1go6.jpg

I have these Kyffh?user with 2 Gefechtsspange in one single Medal bar:

yserypernsx7.jpg

I bought these 2 Gefechtsspange as of the Kyffhauser. But they have some differences of the others, for exemple, the + + (Are they realy spange of the Kyffhauser Medals?):

karpathenhx8.jpg

oiseaisnemarneup9.jpg

I have this medal bar. The Flandres Kreuze have one Gefechtsspange as the Karpathen and Oisne/Marne.

ws1331barrete5medalhasrn4.jpg

Link to comment
Share on other sites

are you ready for this?

d. niemann lists 76 official and 23 unofficial bars.

huesken mentions that there many different types of versions from different makers. he notes that these bars were worn with medals other than the DRK medal...

Hello Eric,

Where I can to see this list?

Regards,

William

Link to comment
Share on other sites

as per herr niemann:

Official bars:

1. aisne champagne

2. ancre

3. antwerpen-ostende

4. argonnen

5. armentieres

6. arras-albert

7. avre

8. brest litowsks

9. cambrai

10. champagne

11. dinant

12. doggerbank

13. duna

14. fere champenoise

15. finnland

16. flandern u. artois

17. isozo (isonzo?)

18. juvincourt

19. kemmelberg

20. kreuzer u. minenkrieg

21. kurland

22. la basse arras

23. lille

24. litauen

25. livland

26. lodz

27. lothringen

28. lorettohohe

29. luftkampf

30. marne-schlacht

31. marne-vesie

32. mass-aisne

33. masurische seen

34. macedonien

35. mondidier neyen/...noyen

36. muhlhausen

37. nancy-epinal

38. narew

39. narotschsee

40. njemen-schlacht

41. novo georgiewsk

42. oesel

43. oise

44. ostgalizien

45. palastina

46. perthes

47. piave

48. przasnyz

49. rawka

50. riems

51. rumanien

52. scarpe

53. seissens riems

54. serbien

55. sereth

56. skagerrak

57. smorgon

58. soldau-neidenburg

59. somme-schlacht

60. stochod

61. st. quentin

62. sud-polen

63. tannenberg

64. tarnopol

65. u-boot-krieg

66. ubersee

67. ukraine

68. verdun

69. vogesen

70. vormarsch 1914

71. warschau

72. wilna

73. wytschaete

74. ypern

75. yser

76. yser u. lys

Unofficial bars:

1. aisne champagne

2. bug

3. bukowina

4. durchbruchsschlacht

5. estland

6. gundgau

7. galizien

8. grosse schlacht in frankreich 1918

9. kamerun

10. karpaten

11. kaukasus

12. kleinasien

13. nordsee

14. ostafrika

15. ostasien

16. ostsee

17. polen

18. seekrieg

19. siebenburgen

20. somme

21. sudwestafrike

22. tirol

23. vormarsch

Edited by Eric Stahlhut
Link to comment
Share on other sites

The 'Raritatensammlerclub" is a German dealer on eBay notorious for taking original bars and "improving" them by doing such things as stripping medals, adding (new) bars and oak leaves and such things. He has a variety of web names and some of the forum members have bought from him and others-accidentally sold their bars, which are swiftly destroyed.

Do a forum search on "the club" and you will see.

The bars are presently faked.

There was an article in the BDOS journal about this a while back.

Edited by Ulsterman
Link to comment
Share on other sites

  • 7 years later...

Good evening Gentlemen,

For those who are still interested in the Kyffhaeuserbund WW1 commemorative medal and its various battle clasps, I have written an essay about this topic two years ago (see below).

It is in French, but it does display the complete list of the clasps with the correct spelling of the battles (which is not always the case in the different sources).

I hope it helps.

********************************************************************

               Médaille commémorative

de

1914-1918

de la

 fédération Kyffhäuser

 

 

par Jean-Samuel KARLEN

 

 

PRÉAMBULE

 

Parmi la pléthore des décorations émises - en dehors de tout cadre officiel - pour les vétérans allemands de la Grande Guerre avant que ceux-ci ne voient leur sacrifice officiellement reconnu avec l’introduction, en 1934, de la croix de Hindenburg, il en est une qui se détache du lot : la médaille commémorative de 1914-1918 de la fédération allemande « Kyffhäuser » des combattants du Reich – de son nom exact Kriegsdenkmünze 1914/18 des Deutscher Reichskriegerbund Kyffhäuser - (ci-après médaille Kyffhäuser). Elle mérite tout particulièrement notre attention parce qu’elle fut la première décoration destinée à tous les vétérans allemands de 1914-1918 - et est, dès lors, la plus connue des phaléristes intéressés par la Première Guerre mondiale puisque la plus répandue – et parce qu’elle a pu bénéficier d’un statut semi-officiel de par le soutien qu’elle a reçu de celui qui allait devenir le président de la République de Weimar, le Generalfeldmarschall Paul von Hindenburg(1), et par voie de conséquence, du ministre concerné.

 

CONTEXTE

 

Après que l’armistice fut signé le 11 novembre 1918, les belligérants, une fois rentrés dans leurs foyers, ont reçu du gouvernement de leurs pays respectifs une médaille pour leur engagement dans la guerre de 1914-1918… à l’exception des Allemands. En effet, le nouveau gouvernement de l’Allemagne (sis à Weimar), malgré des demandes réitérées pour la création d’une telle décoration, a refusé d’entrer en matière, en application de sa Constitution(2).

 

La voie officielle étant – temporairement – condamnée, les anciens combattants se sont tournés vers leurs associations de vétérans qui, à leur tour, ont chargé la fédération Kyffhäuser(3), qui les chapeautait, de régler ce problème.

 

DÉVELOPPEMENT

 

C’est ainsi que le 18 juin 1921, à l’occasion du 25ème anniversaire de l’inauguration de son monument de Kyffhäuser(4), la fédération - dont le président d’honneur n’était autre que Hindenburg - après avoir obtenu l’accord du ministère de l’Intérieur, décida de créer, à l’intention de ses membres (dont le nombre est estimé à plus de 2,8 millions), une médaille commémorative de la Grande Guerre, accompagnée d’un diplôme. Dont acte. Une fois les pièces réalisées, elles ont été vendues, entre autres, par voie d’encarts dans les journaux. Le premier lot a été mis en vente en décembre 1921.

 

Deux modèles miniatures de cette distinction ont été produits peu après. Le revers de l’un reprend le texte original de la citation faite par Hindenburg dans son ordre du jour du 12 novembre 1918, l’autre comportant une modification : l’adjectif « froh » (traduction : heureux) y remplace celui de « stolz » (traduction : fier).

 

En 1922, à la demande de ceux qui avaient effectivement subi le feu, un insigne (épées croisées, à fixer sur le ruban au moyen de deux fines tiges soudées au revers) a été créé pour les combattants afin de les différencier de ceux qui, bien qu’ayant participé à la guerre, n’avaient pas été en contact direct avec l’ennemi. Cet insigne pouvait être acheté (prix en 1927 : Pf --.20) par le détenteur de la médaille, à condition qu’il pût attester sa présence en première ligne, soit sur présentation de documents ou de témoignages, soit en engageant sa parole.

 

 

 

Quelques années plus tard, sur proposition du Sächsischer Militärvereinsbund (S.M.V.B.), des barrettes portant les noms des diverses batailles majeures du conflit sont venues s’ajouter à cette médaille, jugée jusqu’alors trop « anonyme ». Comme pour la médaille de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, il avait semblé juste que les militaires qui y avaient participé pussent en faire clairement état et obtenir ainsi le respect qui leur était dû. Les premières distributions de barrettes furent signalées dans le « Sächsisches Miltärvereinsblatt » N°7/1927.

Chaque combattant pouvait acquérir cinq barrettes au maximum (initialement contre paiement de Pf --.50 l’unité, puis Pf --.40 à compter du 1er juillet 1932… Les temps ont décidément bien changé puisque leurs prix ont sensiblement augmenté ; il n’est pas rare d’en trouver à EUR 100.--, voire le double ou plus pour les plus rares ! [Etat au 1er août 2014]).

 

Mais pour pouvoir les obtenir, les personnes concernées devaient, au préalable, adresser à la chancellerie fédérale, par le truchement de leur association locale, un formulaire de commande dûment rempli. L’examen des documents ou des témoignages présentés devait convaincre les présidents des associations de vétérans – responsables devant la fédération - que le militaire en question avait bel et bien pris part aux combats qui donnaient droit aux barrettes qu’il réclamait. Une fois cette procédure effectuée, la livraison des pièces et de leur diplôme s’effectuait en fonction de l’ordre de dépôt des demandes.

 

Note : les barrettes impliquant, par définition, une participation à un combat, il n’est pas rare de trouver des ensembles en affichant un certain nombre sans qu’elles soient forcément accompagnées des épées.

 

La médaille et les barrettes ont été distribuées jusqu’au mois d’avril 1934, la création de la croix de Hindenburg, le 13 juillet de cette année-là, comme reconnaissance officielle de la nation allemande envers ses anciens combattants allant bientôt sonner le glas des distinctions non officielles. Dans les faits, une ordonnance du 14 novembre 1935 relative à l’application de la loi du 7 avril 1933 sur les titres, les ordres et les décorations(5) – de son nom exact Verordnung zur Ausführung des Gesetzes über Titel, Orden und Ehrenzeichen vom 14. November 1935 - a interdit le port de la médaille Kyffhäuser.

 

CARACTÉRISTIQUES

 

Médaille

 

La médaille Kyffhäuser, faite de bronze doré, est l’œuvre du graveur allemand Hermann Kurt HOSAEUS(6).

 

De forme ovale, elle mesure 31mm x 47mm x 2mm (miniature : 12mm x 19mm x 1mm) et pèse 15 grammes.

 

A titre de référence, son prix, en 1927, était de RM 1.60 (miniature : RM 1.--).

 

Elle est suspendue par un anneau à un ruban d’une largeur de 25mm env. (large bande centrale noire flanquée, à gauche et à droite, d’une fine bande blanche de 2mm env., le tout bordé d’une fine bande rouge de 2mm env.).

 

L’avers, comme le revers, est entouré d’une fine couronne de feuilles de laurier.

 

Avers 

Drapeau déchiré flottant au vent surmonté de la devise, sur trois lignes :

 

Blank / die Wehr / Rein die Ehr

 

(traduction : Les armes fourbies et l’honneur intact).

 

A gauche du drapeau, sur deux lignes séparées d’un trait : 1914 et 1918.

 

Dans le champ, en bas, quatre éclairs partant de la gauche, passant au-dessus du nom du graveur, au centre.

 

Revers

Au centre, sur onze lignes, la citation préalablement mentionnée, suivie du nom de son auteur, précédée et terminée par une étoile à cinq branches :

 

« / Aufrecht / u- Stolz - gehen / wir – aus - dem / Kampfe - den - wir / über - vier - Jahre / gegen - eine - Welt / von - Feinden / bestanden / Hindenburg / «

 

(traduction : C’est la tête haute que nous quittons le combat que nous avons mené pendant plus de quatre ans contre quantité d’ennemis).

 

Entourant cette citation :

 

Für - Treue - im - Weltkriege

 

(traduction : Pour la fidélité lors de la guerre mondiale), en haut, séparé par du feuillage de :

 

Der - Kyffhäuserbund

 

(traduction : la fédération Kyffhäuser), en bas

 

Diplôme

 

En raison du nombre assez élevé d’attributions faites entre 1921 et 1934 et de la diversité des lieux de distribution, les diplômes, bien que globalement semblables, présentent généralement d’infimes variations – mais peuvent même parfois différer totalement. 

 

Barrettes de combat

 

Pour éviter toute confusion avec les barrettes de la médaille de la guerre de 1870-1871, celles proposées par le S.M.V.B.- c’est-à-dire les barrettes originales de la médaille Kyffhäuser - ont leurs lettres frappées en creux et peintes en noir.

 

Elles sont en tombac doré : > 70% Cu, < 29% Zk, 1% autres métaux(7).

 

Elles ont pour dimensions 35mm x 6mm x 1mm et pèsent 1,5 gramme.

 

Elles comportent, au revers, les lettres D.R.G.M. (abréviation de Deutsches-Reich-Gebrauchs-Muster) en relief.

 

Elles existent en deux exécutions : l’une dont les deux languettes de fixation sont soudées au revers, dans le plan, l’autre dont les prolongements de la barrette, à gauche et à droite, servent d’attaches lorsqu’ils sont rabattus.

 

Les outils de fabrication étaient la propriété du S.M.V.B.(8).

Jusqu’au mois de mai 1933, le S.M.V.B. a produit les barrettes officielles ci-après.

 

Front Ouest

 

AISNE-CHAMPAGNE 

 

FERE-CHAMPENOISE 

MARNE u. VESLE 

SOMME-SCHLACHT 

ANCRE

 

FLANDERN u. ARTOIS

MONTDIDIER-NOYON 

St. QUENTIN

ANTWERPEN-OSTENDE

 

JUVINCOURT 

MÜHLHAUSEN 

VERDUN 

ARGONNEN

 

KEMMEL-BERG 

NANCY-EPINAL 

VOGESEN 

ARMENTIERES

 

LA BASSÉE-ARRAS 

OISE

VORMARSCH 1914 

ARRAS-ALBERT

 

LILLE 

PERTHES 

WYTSCHAETE 

AVRE

 

LORETTOHÖHE 

REIMS 

YPERN 

CAMBRAI

 

LOTHRINGEN 

SCARPE 

YSER

CHAMPAGNE

 

MAAS-AISNE

SOISSONS-REIMS 

 

DINANT

 

MARNE-SCHLACHT

SOLDAU-NEIDENBURG 

 

 

Front Est

 

BREST-LITOWSK 

 

MASURISCHE-SEEN 

PRZASNYSZ 

TARNOPOL 

DÜNA 

 

NAREW 

RAWKA

UKRAINE 

FINNLAND 

 

NAROTSCHSEE 

SERETH 

WARSCHAU 

KURLAND

 

NJEMENSCHLACHT 

SMORGON 

WILNA

LITAUEN 

 

NOWO-GEORGIEWSK 

STOCHOD 

 

LIVLAND

 

OESEL

SÜDPOLEN 

 

LODZ

 

OST-GALIZIEN 

TANNENBERG 

 

 

Front Sud

 

ISONZO 

MAZEDONIEN 

PALÄSTINA 

PIAVE 

RUMÄNIEN 

SERBIEN

 

 

Aviation / Marine

 

ANTWERPEN-OSTENDE

 

KREUZER- u. MINENKRIEG

SKAGERRAK 

DOGGERBANK

LUFTKAMPF 

U-BOOT-KRIEG

 

FLANDERN u. ARTOIS

OESEL 

UEBERSEE 

 

A noter que l’attribution des barrettes ANTWERPEN-OSTENDE, FLANDERN u. ARTOIS et OESEL ne se limite pas aux seules forces terrestres (fronts Ouest et Est).

D’autres barrettes, non officielles, sont venues ensuite s’ajouter à cette liste, soit :

 

BELGIEN

 

 

GUNDGAU

 

POLEN

BUG

 

KAMERUN

RUSSLAND

BUKOWINA

 

KARPATEN

SEEKRIEG

CHEMIN DES DAMES

 

KAUKASUS

SIEBENBÜRGEN-RUMÄNIEN

DURCHBRUCHSCHLACHT

 

KLEINASIEN

SOMME

ESTLAND

 

NORDSEE

SÜDWESTAFRIKA

GALIZIEN

 

OSTASIEN

TIROL

GALIZIEN-SZUKOWINER

 

OSTAFRIKA

VORMARSCH

GROßE SCHLACHT IN FRANKREICH 1918

 

 

OSTSEE

YSER u. LYS

Le total des barrettes (officielles et non officielles) se monte ainsi à 102.

D’autres médailleurs ont également fabriqué quantité de barrettes de différentes tailles et factures. On les retrouve parfois sur le ruban de la médaille Kyffhäuser. Ce n’est pas forcément le résultat d’un montage « bidon », mais, dans la plupart des cas, simplement d’une fantaisie de leur détenteur.

  

COPIES

 

Si l’on peut raisonnablement penser qu’il ne se trouve pas – encore – de copies de la médaille Kyffhäuser sur le marché en raison du nombre élevé de sa production, il n’en va pas de même pour les barrettes de combat.

 

Les copies se distinguent par les caractéristiques suivantes :

 

  • elles sont faites de plomb ou de laiton au lieu de tombac ;

  • elles sont plus lourdes que les originales (entre 2,1 et 3 grammes) ;

  • elles sont plus épaisses que les originales (1,65mm env.)

  • certaines ne comportent pas du tout d’inscription au revers ou lorsque les lettres D.R.G.M. s’y trouvent, elles sont plus larges et plus en relief que celles des barrettes originales ;

  • les languettes de fixation sont généralement de simples tiges droites soudées, au bout biseauté.

     

     Il est beaucoup moins aisé de contrôler l’authenticité de ces barrettes lorsqu’elles sont fixées sur un groupe de décorations. Il est quasiment impossible d’examiner leur revers sans risquer de casser ou de détériorer irrémédiablement les languettes ! En pareille situation, outre l’épaisseur de la barrette, les lettres utilisées et leur disposition peuvent aussi être un indice révélateur : la méfiance est de mise lorsque les lettres sont trop parfaitement alignées et arrangées car c’est le signe qu’une machine moderne et précise les a gravées.

 

       SOURCES  PHALÉRISTIQUES

 

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_von_Hindenburg

  2. Die Verfassung des Deutschen Reiches [Weimarer Reichsfassung] vom 11. August 1919 ; http://www.documentarchiv.de/wr/wrv.html

  3. http://de.wikipedia.org/wiki/Kyffh%C3%A4userbund

  4. http://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_du_Kyffh%C3%A4user

  5. http://www.verfassungen.de/de/de33-45/orden33.htm

  6. http://de.wikipedia.org/wiki/Hermann_Hosaeus

  7. Sächsisches-Militär-Vereins-Blatt, N° 10/1929 et N° 13/1933.

  8. 58ème rapport annuel, 1930.

     

Edited by j-sk
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...